Le pont de la Concorde

Le pont de la Concorde est visible lors de la visite Décors de Seine.

Pont d’ingénieur ou pont d’architecte ?

pont de la concorde
Construit de 1786 à 1791 par Jean-Rodolphe Perronet, fondateur et premier directeur de l’École des Ponts et Chaussées, ce pont s’est d’abord appelé Pont Louis XVI.
Perronet parvient ici à résoudre de façon efficace le problème des constructeurs de ponts : laisser le plus large passage possible à l’eau et faire en sorte que les piles offrent le moins de résistance possible au courant. Les piles n’ont que 2,9 m de large et l’ouverture des arches varie de 25 à 31 m. Deux siècles plus tôt, le Pont-Neuf fut construit avec des arches dont la portée maximale était de 19 m, reposant sur des piles atteignant plus de 5 m d’épaisseur.

Le pont de la Concorde : une audace refusée

Le néoclassicisme étant de mise en cette fin de XVIIIe siècle, Perronet voulut donner à son ouvrage l’allure d’une colonnade : les becs des piles sont remplacés par des colonnes, celles-ci sont surmontées par une corniche au niveau de la base du parapet. Ce sont les temples de Paestum qui ont inspiré les colonnes, cette cité antique était visitée et dessinée par les grands architectes du moment. Le dos d’âne du pont aurait dû être supprimé pour que la corniche soit horizontale; c’était possible techniquement, mais la hauteur des voutes exigée pour la navigation aurait conduit à surélever considérablement les quais, en effet il aurait fallu que toutes les arches aient la même hauteur que l’arche centrale.

pont de la concorde

Jean-Rodolphe Perronet, Première pensée de Perronet pour le Pont Louis XVI (détail)
 Dessin à la mine de plomb ; 19,5 x 36,4 cm
Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-VE-53 (H)


Perronet est ici à la fois architecte et ingénieur, mais on est dans un temps de transition et les deux fonctions commencent à se distinguer.
Notons que le pont a été élargi entre 1929 et 1931 par l’ingénieur Henri Lang. Sa largeur est passée de 14 à 35 m, mais les faces du pont ont été reportées exactement telles qu’elles étaient côté aval comme côté amont. Henri Lang a choisi de laisser un espace entre les piles d’origine et celles dues à l’élargissement, réalisant ainsi le projet de Perronet qui voulait évider le milieu des piles afin de rendre l’ouvrage plus léger. Il avait dû y renoncer, car cette structure audacieuse et d’apparence trop légère inquiétait les hommes du temps.
Le pont de la Concorde est visible lors de la visite Décors de Seine.