L’Hôtel-Dieu de la Cité

L’Hôtel-Dieu de la Cité : une institution plus que millénaire

L'Hôtel-Dieu de la CitéAchevé en 1877, l’Hôtel-Dieu qu’on peut voir aujourd’hui sur l’île de la Cité est l’un des premiers hôpitaux parisiens construits selon les normes hygiénistes. Mais une longue histoire a précédé la construction de ce bâtiment.
L’existence de l’Hôtel-Dieu est attestée au IXe siècle, mais il a probablement été fondé au VIIe siècle par l’évêque de Paris saint Landry. C’était une institution administrée par les chanoines et placée sous l’autorité de l’évêque, destinée à accueillir les malades pauvres. Plus qu’un établissement de soins, c’était un lieu de charité qui pouvait accueillir aussi des pèlerins – l’île de la Cité est traversée par un chemin de Saint-Jacques de Compostelle.
Le terme « Hôtel-Dieu » vient de ce qu’on était reçu au nom de Dieu, dans un acte de charité dont le sens était plus spirituel que médical.
Le premier bâtiment de l’Hôtel-Dieu de Paris connu de façon certaine se trouvait sur la partie sud-est du parvis actuel de la cathédrale. C’est là que Maurice de Sully, l’évêque de Paris qui commença la construction de Notre-Dame en 1163, fit construire un « nouvel » Hôtel-Dieu, à quelques mètres de la cathédrale actuelle. Cet établissement dut être agrandi à de nombreuses reprises à cause de l’augmentation de la population. Il finit par déborder de l’île de la Cité et se développer sur la rive gauche au début du XVIIe siècle.

L’Hôtel-Dieu de la Cité : une architecture pour guérir

L'Hôtel-Dieu de la CitéSuite à un incendie en 1772, divers projets d’aménagement d’un nouvel hôpital virent le jour. Mais le lieu d’implantation, la forme et l’organisation de l’hôpital ont suscité tant de débats qu’à l’arrivée d’Haussmann à la préfecture de la Seine (1853) le vieil Hôtel-Dieu, bien peu fonctionnel, était toujours en place.
Faisant raser tout un quartier insalubre, le préfet Haussmann offrit un terrain de plus de deux hectares sur l’île à l’architecte Émile Gilbert. Celui-ci s’inspira de la renaissance Toscane, les ressemblances avec l’hôpital des Innocents de Brunelleschi à Florence sont assez nettes. Mais le style n’est pas tout : il faut surtout obéir aux règles imposées par les médecins hygiénistes et calculer la hauteur des salles en fonction du volume d’air dont un malade a besoin; il faut garder une distance suffisante entre les ailes latérales pour que la lumière naturelle atteigne toutes les salles. C’est pourquoi le plan est dit « en peigne » : deux longs bâtiments parallèles orientés nord-sud sont séparés par un jardin fermé au sud par le vestibule d’entrée et au nord par la chapelle dont le dôme projeté n’a pas été réalisé; de ces deux bâtiments partent perpendiculairement vers l’extérieur les ailes latérales.
L'Hôtel-Dieu de la Cité width=Les médecins ont obtenu en 1872 que la construction d’un étage supplémentaire soit abandonnée pour éviter une trop grande concentration de malades, ce qui aurait nui à la salubrité des lieux.
Émile Gilbert mourut en 1874 et c’est son gendre, Arthur-Stanislas Diet qui acheva la construction de l’ouvrage. Diet est aussi l’architecte du 36 quai des Orfèvres, situé à quelques centaines de mètres.
L’histoire de l’Hôtel-Dieu vous sera contée lors de la visite de l’île de la Cité.