Une arcade des Tuileries

Une arcade des Tuileries visible lors de la visite Décors de Seine.

Un vestige du palais de Catherine de Médicisune arcade des tuileries

une arcade des tuileriesLe palais des Tuileries, construit pour Catherine de Médicis fut commencé par Philibert de l’Orme en 1564. Achevé par Louis Le Vau durant le règne de Louis XIV, le palais devait disparaître incendié lors de la Commune en 1871. Les pouvoirs publics hésitèrent un dizaine d’années à le restaurer mais la démolition totale fut décidée en 1882. L’État fit réserver quelques éléments dont deux arcades qui donnaient côté jardin. Démontées, elles furent reconstruites dans le jardin des Tuileries, au pied de la Terrasse du jeu de paume. L’une était de Philibert de l’Orme, l’autre de Jean Bullant, son successeur sur le chantier du Palais des Tuileries. L’état des arcades se dégradant, on dut les retirer en 1993.

Une arcade des Tuileries itinérante

une arcade des tuieriesL’arcade aujourd’hui dans le jardin des Tuileries, celle de Philibert de l’Orme a été reconstruite dans un autre secteur du jardin, en contrebas de la Terrasse du bord de l’eau. C’est celle qu’on voit sur la photo ci-contre. Toutes les pierres ne sont pas d’origine, les moins abîmées sont des restitutions récentes. Au voisinage de cette arcade se trouvent toujours de nombreuses pierres du palais démoli, dont celles de l’arcade de Jean Bullant. Encore visibles par tous il y a quelques années, elles ont été recouvertes de bâches. Plus récemment, des bornes de pierre reliées par des chaînes de fer peintes en noir ont été installées au pied de l’arcade. Elles donnent un tour monumental et presque funéraire à ce vestige déjà deux fois déplacé, comme pour lui assurer un lieu de repos définitif.
Une arcade authentique semblable à celle-ci a également été déplacée deux fois : elle avait été remontée en 1883 dans la cour de l’École des ponts et chaussées, de l’autre côté de la Seine, elle a franchi à nouveau le fleuve en 2011, après une soigneuse restauration, pour être installée au Louvre, dans la cour Marly.

La bibliothèque de Valenciennes conserve une gravure d’Israël Silvestre (XVIIe siècle) montrant une partie de la façade du Palais des Tuileries côté jardin. Sur ce dessin, dans la galerie sous arcades, les 5e et 9e arcades, en partant de la droite, sont sur le modèle de celle que nous voyons aujourd’hui exposée dans le jardin. Ce vestige est donc l’une d’elles… ou l’une de leurs symétriques de l’autre côté du pavillon central. Voir cette gravure.
une arcade des tuileries